Fr

Subscribe to newsletter !

Les résolutions annuelles; en avez-vous pour 2019?

Written by: Éloïse Dalpé Montréal - January 14, 2019

Je passe beaucoup de temps sur QUORA. Je ne me rappelle plus exactement de quelle façon je suis tombée sur ce site, mais c’était de tout hasard. Pour ceux qui ne connaissent pas ce que c’est, QUORA est un site où des gens posent des questions, et d’autres y répondent au meilleur de leurs connaissances ou expériences. Je trouve ça fascinant de lire des inconnus de partout dans le monde qui connectent ensemble sur une panoplie de questions qui tantôt se veulent très scientifiques, tantôt très existentiels. À l’ère de la nouvelle année, passer moins de temps sur QUORA ne faisait semble-t-il pas partie de mes résolutions. C’est pourquoi j’ai passé une heure le 31 décembre dernier à lire des commentaires tous plus intéressants les uns que les autres sur la raison du pourquoi les gens ne parviennent pas à maintenir leurs résolutions annuelles. 

Un internaute disait d’ailleurs que ceux qui veulent réellement du changement n’attendent généralement pas le Nouvel An pour le faire. Argument pour lequel j’aimerais ajouter une solide réfutation basée sur nul autre que ma propre expérience. Comprenez-moi, il y a bien des choses de mon quotidien que j’aimerais changer ou améliorer, mais le tourbillon de la vie avale trop souvent mon temps, mon argent, et parfois même ma santé et mon bien-être. Comment donc se poser un instant, prendre conscience de ce qui ne va pas, de ce qui nous semble nocif, et qui nous consume au lieu de nous vitaliser ?

Derrière mon rythme effréné du temps des fêtes se cache aussi des réunions familiales chaleureuses, et des grasses matinées en pyjamas finissant bien plus souvent qu’autrement en journée « cinéma maison ». Ces petits instants figés dans le temps me rappellent qu’il existe d’autres cadences possibles à la vie, et m’invitent à la fois à regarder en rétrospective comment je vis la mienne, jour après jour. Mais trop tôt je vois l’année qui tire à sa fin, je me dis que je pourrais m’aimer plus, manger mieux, méditer davantage, visiter mes proches plus fréquemment, et plus encore ! C’est aussi ce trop-plein de bonnes volontés qui me donnent le boost nécessaire pour affronter avec fébrilité et naïveté la nouvelle année qui se pointe à l’horizon. 

Fébrilité, car il y a pour moi quelque chose de très symbolique dans le fait de passer en revue mon année et de me remémorer les bons coups comme les moins bons. Puis naïveté, car c’est grâce à cette simplicité sincère et confiante que je porte en moi qu’il m’est possible d’appréhender chaque premier janvier comme un chapitre neuf et encore jamais écrit. 

Je voulais donc prendre le temps de réfuter les propos de cet internaute inconnu de QUORA pour souligner le fait que c’est OK d’avoir des résolutions annuelles, tout comme c’est OK d’en réussir quelques-unes, d’en améliorer certaines, et de complètement en échouer d’autres. Si tout comme moi c’est une façon de mieux façonner vos idées et vos actions des 365 prochains jours, faites-le. Oubliez les fins finauds qui se donnent comme résolution de ne pas en prendre, comme si c’était l’idée de génie de 2019. Réfléchir de la sorte, c’est un peu comme ne pas réfléchir du tout. C’est prendre un raccourci de pensée en évitant l’effort, pourtant profitable, de l’introspection. À l’ère où on est constamment sollicité par tout ce qui nous entoure, et que nos pensées sont rarement laissées « à vide », tout le monde gagnerait pourtant à s’offrir ce temps de réflexion personnel. 

En fait, on est tellement habitué de naviguer dans une instantanéité constante qu’on voudrait trop souvent que nos résolutions soient réalisables à l’intérieur de 365 jours, mais comme l’expression « Rome ne s’est pas bâtie en un jour », il faut du temps et beaucoup d’investissement pour bâtir la personne que nous voulons être et devenir.   

Bonne année 2019 à tous et toutes.

Élo

 
Written by:

Éloïse Dalpé

I am French Canadian and am much less poetic when I write in English. But I often like to think that if I was born in Cornwall, I would have married a nice British man, would have adopted two little Corgis named Winston and Winnie, and my best friend would have surely been Lena Dunham.

Éloïse has a Bachelor’s degree in Communications and is currently a social work student. She is fascinated by human beings and life’s big questions, and you’ll find passion and fun in all of her writings.

See all our writers
xox

Let's stay connected